CONTENU
Recherche
Recherche
Infos diverses
Affiche_Accordeeon.jpg
_______________
Réédition :
CHARLES DEMIA
et les Origines
de l'Enseignement
Primaire
Charles_Demia.png
de G. Compayré
_________________
ANCIENNES
USINES A EAU
Volume 1
ST JEAN LE VIEUX
PatcouvertureVol1.jpg

 

Visites

 80094 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
62 Abonnés

Il fut une époque où le village de Varey était confiné à l’intérieur de l’enceinte fortifiée et constituait un bourg, au sens de la définition qu’en donne l’Académie Française en 1694 « Assemblage de maisons ordinairement fermé de murailles ».

Au XVIIe siècle, outre le château, s’y tenaient quelques maisons, granges, chazaux, c’est-à-dire places à bâtir, ou jardins, appartenant à divers propriétaires, essentiellement des roturiers. Les actes notariés s’y rapportant situaient et positionnaient ces immeubles « dans le Bourg de Varey ». Un exemple significatif est donné lorsque Messire Joachim de Beaurepaire « ascense et remet à Claude Devaux dit Guantin, laboureur de Varey, un chenavier [chènevière] lui appartenant, situé proche la porte du Bourg dudit Varey, se confinant [limitant] de bize [nord] par le chemin qui joint les fossés dudit Bourg… avec la place ou chintre qui en dépend »1. Outre cela, la voirie serpentant dans le Bourg était nommée rue et non chemin ou charrière comme dans les autres villages du mandement.

A l’extérieur des murailles d’enceinte s’éparpillaient d’autres groupes de maisons portant souvent les noms de leurs occupants : le mas Richerod sis au quartier du Rual de Varey, avec le mas Dubouet, le mas Buliffon près du four sous les murailles occidentales, le mas Bergeron dont on a conservé le lieu dit chez Bergeron. On était très loin de la densité urbaine actuelle.

Plus tard, on remplaça le terme de « Bourg » par celui de « Ville », cité dans plusieurs minutes du XIXe siècle ; les autochtones l’emploient encore. La définition de la « ville » en 1798 et 1732 est semblable à celle du « bourg » en 1694 : « Assemblage de plusieurs maisons disposées par rues, et fermées d’une clôture commune, qui est ordinairement de murs et de fossés ».

En 1826, on recense dans "la Ville" encore 9 petites maisons d'habitation ayant de une à trois ouvertures, 6 jardins et 14 bâtiments ruraux, répartis dans 16 familles. Petit à petit, Barthélemy Noé Dervieu rachète toutes ces propriétés avant la fin du XIXe siècle, dans le but d'étendre l'unité foncière de son château jusqu'aux fossés qu'il possède avec les murailles de l'enceinte extérieure.

1 Source : Archives départementales de l'Ain, 3E 1547, f°290. 1664.


 

cadastre_1827-Bourg_de_Varey.jpg

Date de création : 03/02/2015 @ 18:37
Dernière modification : 01/07/2016 @ 16:24
Catégorie : CONTENU - TOPONYMIE
Page lue 1477 fois
Précédent  
  Suivant